WONDERWOMAN ENTERRE SON PAPA - de Sophie Cusset

Mis à jour : il y a 6 jours

Cabaret gériatrique et glamour d'après une histoire vraie



Premières les 13 janvier à 19H30 et 14 janvier à 20H30 - Représentations

au Théatre de Sartrouville Yvelines CDN

Fevrier au Theatre de Belleville



Dans ce cabaret sombre et pailleté, cette comédie satyrique et pop, Sophie Cusset retrace l'histoire de son père et nous plonge au cœur d'un petit monde touchant et cruel : celui des EHPAD. Entre réunions de staff mouvementées et scènes de repas dantesques, la théâtralité la plus débridée se mêle ici au monologue intime pour mettre en lumière des superhéroïnes du quotidien qui pulvérisent les tabous.


Texte : Sophie Cusset.

Mise en scène : sophie Cusset

Collaboration artistique : Audrey Bertrand et Gilles Ostrowsky

Distribution : Delphine Raoult, Audrey Bertrand, Chloé Mons, Sophie Cusset

Costumes : Carole Birling et Sophie Cusset

Lumières : Sébastien Debant

Création son : Dayan Korolic

contact/diffusion : Jean Luc Weinich - Rustine Bureau d'accompagnement artistique

bureaurustine@gmail.com



administration : Laurence Santini


PRESSE

Super-héroïnes « Alors le sujet, c’est une sorte d’hommage tragi-comique, à mes chers disparus. » Ainsi commence la pièce Wonder Woman enterre son papa. À partir de son histoire familiale - son père atteint de la maladie de Parkinson a vécu 9 ans en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) -, Sophie Cusset, metteuse en scène, comédienne et autrice, s’interroge sur la vieillesse, la maladie, la déchéance du corps. « Il m’est apparu comme essentiel d’aborder sur scène la vieillesse, dans une société vieillissante. Pourquoi regroupe- t-on nos aînés dans des Ehpad? Pourquoi la société qui prolonge l’espérance de vie ne trouve pas de budget pour que nos aînés vivent dignement? » Sa réponse passe par le théâtre et le burlesque. Son spectacle rend visible ce que la société cache et magnifie les acteurs sociaux peu reconnus (aide-soignante, animatrice...). Sophie Cusset rejoue son histoire, en brouillant les pistes. « Là c’est du Cusset, c’est une autobiographie fictionnée... un doc fiction théâtral, il y’a du vrai, il y’a du faux ! », précise-t-elle. Sur le plateau, quatre comédiennes virevoltent en jouant tour à tour résidentes, aide-soignante, animatrice, direc-

trice... Chloé, l’aide-soignante est à cran. « Je suis seule avec mes 45 fauteuils, je craque, j’m’arrache les cheveux, on nous parle de maltraitance mais on n’embauche personne. » Elle réclame dans les réunions d’équipe que l’on aborde les vrais sujets : « les sous- effectifs des soignants, la gestion des épidémies de grippe, le suivi psychologique des résidents en fin de vie... ». Sophie Cusset aborde sans détour les vraies questions que posent le grand âge. « Engageons un assistant sexuel pour Marguerite ! » De scènes déca- pantes en monologues intimes, les situations tragiques sublimées par le burlesque s’enchainent pour montrer « l’immontrable ». Frédérique Arbouet - Lien social




photos de maquettes présentées à Lilas en Scène - photos mattéa manicacci




résidence de création au CDN de Besançon. Octobre 2019.


Photos extraites d'un Roman photos réalisé avec less résidents de l'EHPAD Louise Le Roux avec le Quartz à Brest.





Lien sur le site de la série photos "Wonder woman superhéroïne de la condition féminine" de Sophie Cusset

https://www.wondersophiecusset.com/le-portfolio



138 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout